VIENT UN TEMPS OÙ LE DÉGOÛT S’IMPOSE

Aujourd’hui, je reprends un article publié ce jour sur À droite fièrement (*) sous le titre

Marion Maréchal : l’indélicatesse avant la trahison

Il est doublé d’une base du Canard enchaîné qui en dit long sur Marion Maréchal.

Le fric, le sale fric, la sale friquerie ! Et quoi encore ?

Car, n’y a-t-il que le fric dans cette entreprise malodorante qu’elle met en place et qu’elle représente ? La question de la trahison, plus exactement de l’histoire de sa trahison (dates, mobiles, complices actifs, etc.) devrait être documentée, comme tout crime l’est dans une affaire judiciaire. Mais, oublions pour le moment. Jetons un regard et des questions sur l’aspect politique actuel.

Elle s’acoquine au RN, bien ! Mais deviendra-t-elle de ce fait un gentil petit mouton bien sage dans sa nouvelle mangeoire  ? Et quelle mangeoire ! Récapitulons : la tante trahit son père, la nièce trahit son père politique adoptif. Jamais deux sans trois, ou plus. Avant ou après que les harpies ne s’écharpent, qui prendra la relève de la trahison, et envers qui ? N’oublions pas Jordan Bardella. Encore un sage petit mouton ou un jeune loup en apprentissage ? Tout ça dans un parti qui trahit l’esprit de droite et les alliances indispensables !  Et la France dans tout ce carambolage ?

Le roi Lear avait trois filles, et il n’avait rien compris. Le vieux roi Jean-Marie a-t-il compris quelque chose ? Faut-il le lui souhaiter ? Pas sûr. Vient un temps où le dégoût s’impose.

Antoine Solmer

  •  *       **       ***       ****       *****       ******      

C’est la sidération qui m’avait empêché de réagir quand j’ai appris la trahison de Marion Maréchal. C’est seulement après quatre jours que j’ai réagi par cet article :

Le record mondial de la trahison en 48H Chrono!

Dans cet article, je relatais les faits et, sans trop l’accabler, regrettais l’attitude de Marion Maréchal. Je condamnais néanmoins clairement sa trahison vis-à-vis des militants de Reconquête! qui l’avaient aidée et fait élire.

Je tentais à l’époque de faire la part des choses car des rumeurs décrivaient la mauvaise ambiance qui régnait entre les équipes respectives d’Éric Zemmour et de Marion Maréchal, liée, disait-on à la rivalité entre cette dernière et Sarah Knafo.

Une rumeur insistante m’avait ébranlé en insinuant qu’Éric Zemmour avait coupé le financement de Marion Maréchal vers la fin de la campagne.

Mais aujourd’hui, le Canard enchainé vient de révéler ce qui s’est passé durant cette campagne du côté de Marion Maréchal et qui justifie pleinement qu’Éric Zemmour ait bloqué ses dépenses.

Après avoir vraiment cru dans Marion Maréchal qui, pour moi, pouvait représenter l’avenir de Reconquête!, il est très douloureux de revenir à la triste réalité de la vie politique et de ses fréquentes trahisons.

Voici l’article du Canard enchainé qui finit de déconsidérer à mes yeux Marion Maréchal  :

Marion Maréchal a dilapidé l’argent de Zemmour

Avant de rejoindre sa tante au RN, l’ex-tête de liste Reconquête! a grassement rémunéré collaborateurs et sociétés amies.

Après deux années en Zemmourie, la petite fille de Jean-Marie Le Pen a quitté le paquebot Reconquête avec perte et fracas, laissant une préoccupante ardoise au parti qui l’avait sacrée tête de liste au scrutin européen.

Au vu des bribes d’informations reçues, je ne peux qu’être préoccupé par le risque de rejet du compte de campagne.

s’inquiète l’ancien préfet Gilbert Payet, le trésorier d’Eric Zemmour, dans un courrier interne du 14 juin, que « Le Canard » a pu consulter.

Dans son viseur, les coquettes rémunérations attribuées aux copains de Marion Maréchal. Quatre de ses proches, via leurs sociétés de conseil, ont siphonné 500 000 euros, dispatchés entre Delta Lead, L2H Monnier Conseil, Nathalie Cabernet Conseil et Agnès Marion Conseil. La palme du contrat le plus juteux revient à Philippe Schleiter par ailleurs neveu du négationniste Robert Faurisson. Pour ses contributions à la campagne de Marion Maréchal, ce consultant pratiquait un taux journalier de 1850 euros HT. Pour le seul mois de mars dernier, son cabinet Delta Lead a empoché 19 800 euros net.

En découvrant ces folles facturations que nie Schleiter, l’équipe de Zemmour donne l’alerte, le 19 avril, par la voix de son trésorier, qui lui adresse ce message :

Vous êtes cinglé. Personne n’était rémunéré à ce niveau pendant la présidentielle.

« Regroupement familial »

Mais la gabegie continue. Agnès Marion, la cheffe de cabinet de Marion Maréchal fait, elle aussi, partie des prestataires les plus gourmands, suivie de Thibaut Monnier et Nathalie Cabernet, respectivement cofondateur et directrice comptable de l’Issep, l’école de formation ouverte par Marion Maréchal à Lyon.

Apres l’élection de leur patronne, puis la dissolution, tous ont claqué illico la porte de Reconquête!.

Outre le jackpot des européennes, Marion Maréchal a négocié pour deux d’entre eux une place au soleil auprès de sa tante Marine Le Pen : une investiture aux couleurs du RN, dans une circonscription gagnable, le 7 juillet prochain. Agnès Marion a été parachutée dans le Val d’Oise face à l’Insoumis Arnaud Le Gall; Thibaut Monnier a été investi dans la Drôme.

Qu’inspirent ces désertions à Éric Zemmour ?

Sévère dans un temps avec le «  regroupement familial » opéré par la petite fille Le Pen :

Ce sont mes militants qui ont donné leur argent pour elle. Et au bout de 48 heures, elle trahit ces gens, elle les abandonne comme des chiens, comme de vieilles chaussettes.

L’ancien polémiste s’est montré plus philosophe face à Cyril Hanouna :

Il ne faut pas pleurer sur le lait renversé ! Soyons chiraquien !

La veille, il venait d’investir Évelyne Reybert, la médiatique maire de Romans-sur-Isère, face au déloyal Thibaut Monnier.

Marion-nettiste

Un autre intime de Marion Maréchal s’en tire bien, dans cette affaire : son témoin de mariage, l’ancien skinhead niçois Philippe Vardon. Promu directeur de campagne, après avoir conduit, en 2019, celle, victorieuse, de Jordan Bardella aux européennes, l’ancien leader de la faction niçoise du Bloc Identitaire, Nissa Rebeca, ne s’est pas contenté d’empocher, six mois durant, de confortables émoluments mensuels de 4 700 euros net : il a aussi intégré des proches parmi les permanents de l’équipe de campagne, faisant salarier son petit frère, Benoit Vardon, pour 2850 euros mensuels. Le loyer de son logement dans l’Ouest parisien (1581 euros) était, lui aussi, pris en charge. Petit hic : ainsi que l’attestent les quittances que le Palmipède a pu consulter, la proprio de ce bien n’est autre que la mère de Frédéric Rousseau, le président de l’association de financement électoral de Marion Maréchal. Une bien belle histoire de famille !

Contactée par « Le Canard », Marion Maréchal n’a pas répondu. Dommage, car l’histoire ne s arrête pas là.

Marion et les 30 voleurs

Les amis de Marion Maréchal semblent s’être évaporés avec les fichiers et données personnelles des militants d’Éric Zemmour. Ainsi, quelques jours après le grand meeting de lancement de campagne, au Dôme de Paris, le 10 mars, plusieurs invités VIP se souviennent d’avoir reçu un e-mail de remerciement de … l’Issep.

Sans lui avoir jamais communiqué leurs adresses et identités et donc au mépris, semble t-il, des règles RGPD de protection des données de la CNIL.

J’ai demandé à mes collaboratrices d’envoyer un remerciement aux présents. Elle a intégré la totalité du fichier VIP au lieu d’intégrer les intéressés.

se défend Monnier, le 15 avril, dans un message qu’a pu consulter  « Le Canard ».

Quelques jours plus tard, une autre suspicion de pillage numérique opposait, par messageries interposées, les équipes d’Éric Zemmour et de Marion Maréchal, au sujet du « tunnel de dons » – le système de formulaire de don en ligne de Marion Maréchal qui aurait été pompé sur celui existant sur le site d’Éric Zemmour.

L’expérience utilisateur a clairement été une source d’inspiration car elle est efficace, mais il ne s’agit en aucun cas d’un copié-collé !

reconnait Thibaut Monnier.

Zemmour n’est pas forcé de le croire !

Jolies piaules et classe affaires
Pas facile de s’improviser candidate du peuple quand on a grandi à Montretout ! Plusieurs factures de campagne de Marion Maréchal montrent que l’héritière le Pen mène parfois grand train.

En février, la tête de liste Reconquête! se rend à la Réunion au chevet des « compatriotes qui vivent sous le seuil de pauvreté ».

Pour ses deux nuits sur place, son équipe lui réserve sur Airbnb une villa à 941 euros. Un déplacement express pour la modique somme de 21 710 euros, rien que pour les quatre allers-retours Corsair en classe Business aux noms de Marion Maréchal, Nicolas Bay, Agnès Marion et Ève Froger. Peu ou prou 15 smic !

Charlotte Cieslinski pour le Canard enchainé.

(*) http://www.a-droite-fierement.fr/author/adroite/

Abonnez-vous à notre lettre d'information et rejoignez les 14 autres abonné·es.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *