L’EXTRÊME, C’EST QUOI ?

Mon précédent article portait sur l’hostilité de trois dames garanties pur jus républicain et haute tenue morale envers un méchant candidat RN à la députation : il osait afficher la photo de son épouse noire. Double noirceur, double peine votée sans un quelconque questionnement. La cause était entendue, si l’on ose dire, de la part de ces sourdes professionnelles : coupable d’extrémisme.

Mais qu’est l’extrémisme selon ces sourdes jacassantes ? Simplement le fait d’appartenir à un parti qui recommanderait la préférence nationale, laquelle,  selon  Sarah Peillon, se juge ainsi : « C’est-à-dire n’êtes-vous pas pour la discrimination pour l’accès au logement et à l’emploi ? Ça c’est de l’extrémisme ! »

L’EXTRÉMISME PAR L’EMPLOI

Si la dame le dit… c’est qu’elle ne connaît rien à la législation française : la préférence nationale est légale, et va même jusqu’à l’interdiction d’emploi d’un non-Français dans certains postes.

Ainsi, si vous êtes étranger, vous pouvez avoir accès à certains postes de la fonction publique. « Toutefois, vous ne pouvez pas occuper un emploi dit de souveraineté ou un emploi qui comporte une participation directe ou indirecte à l’exercice de prérogatives de puissance publique : Pouvoirs exceptionnels dont dispose l’administration pour mener à bien sa mission d’intérêt général. Il s’agit généralement des emplois dans les services diplomatiques, les forces armées, la police et les forces de sécurité, le système judiciaire et l’administration fiscale. » [1]

Mieux, une des conditions pour être président de la République est d’être français. Ça vous en bouche un coin, n’est-ce pas, Madame la sourcilleuse des droits à l’emploi ?

L’EXTRÉMISME PAR LE LOGEMENT

Bien sûr, il y a le logement.  Mais là, c’est pire. Je me demande si la furie LREM ne serait pas aussi attachée à l’association Droit au logement (DAL) de forte obédience immigrationniste. Une de ces associations dont l’intitulé “droit à…” vaut programme d’oubli systématique de son corollaire : “devoir de…”. Autrement dit : donnez, donnez, braves gens ! Donnez encore, donnez toujours, ce ne sera jamais assez ! La Gauche, donc !

PIRE : LA FURIE SUICIDAIRE

Le fond et le pire du débat est ailleurs. Si ce trio d’Érinyes peu bienveillantes a sauté sur cette question de préférence nationale, malgré la bêtise de l’argument, c’est qu’il a été martelé sans cesse par la Gauche, cette entité de mensonge et de mort, fondamentalement attachée à détruire les structures nationales pour en faire table rase, et finalement désert des Barbares.

Et il paraît que ces dames représenteraient la Droite ! Encore un mensonge dont la France crève. Un mensonge qui ne peut prendre que dans deux conditions : la bêtise majeure et la pulsion de mort.

Dans le langage rétréci du “débat démocratique” (rires dans l’assemblée) cela s’appellerait de l’auto-racisme.

Les futurs historiens trouveront d’autres formules. Je leur propose celle-ci : les derniers soubresauts du cadavre qui se croyait vivant.

Antoine Solmer

[1 https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F12219

Abonnez-vous à notre lettre d'information et rejoignez les 15 autres abonné·es.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.