LES CINQ CHOCS DU PRÉSIDENT D’HONNEUR DU CRIF

 Je suis très satisfait, et même heureux, de reproduire ce jour le dernier article de Jean-Patrick Grumberg paru sur Dreuz.info. Il traite d’une récente et fondamentale déclaration du président d’honneur du CRIF, Richard Prasquier. En effet, il est absolument exemplaire qu’un membre aussi important de la communauté juive, s’exprime aussi clairement sur le RN, et par-delà le RN sur le théorique anti-sémitisme de la Droite. Car c’est à l’aune des actions que les pensées se démasquent et se jugent. Vous trouverez aussi les remarques de Jean-Patrick Grumberg, tout aussi intéressantes, comme toujours.
Donc, merci à ces deux personnages, et particulièrement à Richard Prasquier.

Puis-je exagérer quelque peu, mais pas trop, en ajoutant à cette présentation ce célèbre passage de la Bible, traduit par Chouraqui en 1987 ?  Il est extrait de Actes 26, et relate la conversion de Paul sur son chemin de Damas :

Je te délivrerai du peuple et des goîm vers lesquels je t’envoie pour dessiller leurs yeux et qu’ils se détournent des ténèbres vers la lumière, de l’autorité de Satân vers Elohîms, afin qu’ils obtiennent la remise de leurs fautes et une part de l’héritage, avec les consacrés, par leur adhérence en moi’.

Antoine Solmer

PS : les citations de Bernard Prasquier sont en gras. Intertitres en bleu clair et texte en caractères non gras sont de  Jean-Patrick Grumberg.

 *       *       * 

Richard Prasquier, ancien président du CRIF, déclare sur le site du CRIF1 qu’il votera RN « pour faire obstacle à La France Insoumise ».

Il a déclaré : « devant le danger représenté par LFI, le temps est peut-être venu de regarder différemment le Rassemblement national ».

Extraits :

Depuis le dimanche 9 juin, il y a moins d’un mois, nous avons subi une série de chocs et de surprises. Elles ont ébranlé certaines de mes convictions.

Prasquier explique avoir reçu un choc avec la création du Nouveau Front populaire (NFP), « des gens qui s’insultaient copieusement », et dont le programme ne peut « aboutir à autre chose qu’un séisme économique ».

Puis Prasquier dit avoir subi un autre choc :

“La place de la République couverte de drapeaux palestiniens et algériens et Jean-Luc Mélenchon appelant au barrage républicain contre le Rassemblement national », avec « à ses côtés une jeune femme en keffieh, Rima Hassan, qui venait d’accuser l’armée israélienne d’entraîner des chiens pour violer les prisonniers palestiniens ».

“Pour Mélenchon, cette diffamation lui convient, ce qui compte c’est que Rima Hassan est très populaire chez les Insoumis, malgré ou plutôt à cause de ses mensonges » poursuit le président du CRIF. « L’homme qui, à propos de la phrase ignoble qualifiant la mort de policiers de vote en moins pour le RN, a dit qu’on avait bien le droit de rigoler, vit dans un monde sans vérité où les mots n’importent que s’ils peuvent rapprocher du pouvoir. Ce pouvoir, chacun comprend que dans le Nouveau Front populaire, c’est lui qui l’exerce, quoi qu’en disent ses ternes comparses, et que l’antisémitisme ne gêne en rien ses nombreux et jeunes partisans, puisqu’il porte le nom d’antisionisme et que le sionisme, chaque insoumis le sait, c’est le nazisme. »

Le désistement au profit du NFP, une « forfaiture »

Je ne prends pas un grand risque en affirmant que Richard Prasquier a subi son plus grand choc en voyant ceux qui, président Macron en tête, déclarent être « implacables face à l’antisémitisme » s’allier aux antisémites.

Prasquier poursuit :

Raymond Aron a rappelé que la politique est amorale, et souvent immorale. Des personnalités d’Ensemble ont heureusement protesté contre ces désistements en faveur de LFI. Pour moi, c’est une forfaiture. Soutenir David Guiraud ou Louis Boyard, qui a refusé la moindre critique du Hamas après le 7 octobre, signifie que l’on considère la lutte contre l’antisémitisme comme un thème complètement secondaire. Les Juifs ont connu cela tout au long de leur histoire. C’est pourquoi l’État d’Israël fut créé.

Marine Le Pen est « impeccable sur l’antisémitisme et la Shoah »

Il y a plusieurs années, dans un billet qui l’a fait tousser, j’ai accusé Richard Prasquier d’ignorer l’antisémitisme de certains socialistes et de l’extrême gauche, alors qu’il regardait à la loupe celui du FN. Si j’ai pu, modestement, l’aider à remettre en question ses certitudes, j’en suis ravi. Il a fait du chemin, l’explique, et reconnaissons qu’il fait beaucoup de courage pour changer d’avis et le reconnaître publiquement. Un courage que presque personne ne possède.

Écoutons-le :

Devant le danger représenté par LFI, le temps était peut-être venu de regarder différemment le Rassemblement national. Toute ma vie, j’ai tenu le parti de Jean-Marie Le Pen en abomination, mais il fallait cependant admettre que le discours de Marine Le Pen diffère depuis plusieurs années de celui de son père. Dans un récent article du Figaro, elle s’exprime de façon impeccable sur la collaboration, l’antisémitisme et la Shoah. Les paroles des dirigeants du RN après les événements du 7 octobre ont montré une empathie pour Israël qu’on aurait aimé trouver ailleurs. Petit accroc quand Bardella estime que Jean-Marie Le Pen n’est pas antisémite. Il se corrige vite, trop vite peut-être pour qu’on croie en la solidité de ses convictions. Je me suis rappelé La Main du Diable, le livre de Jonathan Hayoun et Judith Cohen Solal sorti il y a cinq ans qui concluait que le discours contre l’antisémitisme n’était qu’une façade.

Il y avait aussi le long compagnonnage de Marine le Pen avec les pires gudards du Front National, Loustau et Chatillon, les préposés à la castagne et à l’agit prop, les parrains, d’ailleurs, de Soral et Dieudonné. Mais on nous assurait que ces personnages avaient perdu leur influence.

Avec LFI au pouvoir, les juifs deviendront des dhimmis

Certains Juifs, en colère contre l’impuissance envers l’emprise islamiste sur notre société et la haine d’Israël qu’elle véhicule, ont voté pour le RN dès le premier tour. En ce qui me concerne, j’ai toujours pensé au contraire que malgré les agacements, les frustrations et les colères, c’est dans les partis traditionnels que se trouvent les valeurs humanistes qui représentent les espoirs les plus solides pour Israël et les Juifs.

Mais l’arrivée de LFI au pouvoir impliquerait que ceux-ci fassent leurs valises, sauf à devenir des dhimmis, interdits d’expressions sous l’effet de cette cancel culture que des esprits dérangés prennent pour le summum de la démocratie.

C’est pourquoi la mise en équivalence des deux extrémismes de droite et de gauche m’a paru dépassée : entre un candidat LFI et un candidat RN, je choisirais aujourd’hui le RN et je ne voterais pas blanc car c’est voter pour le futur vainqueur et rien d’autre.

En tant que juif, se fier aux actes plutôt qu’aux paroles

“Mon cinquième choc », dit Prasquier, est de savoir qu’il est « peut-être naïf » de voter RN quand on est juif. Pour preuve, l’enquête de Pierre Stéphane Fort sur la face cachée de Jordan Bardella et l’influence déterminante de Frédéric Chatillon sur son parcours politique, qui suggère que « les fondamentaux n’ont malheureusement pas changé ».

“Que peut-on en conclure ? » se demande le président du CRIF : « Dans un milieu catholique, que les Juifs ne doivent pas donner au Rassemblement national le Bon Dieu sans confession. En milieu juif, je dirais qu’il faudra se fier aux actes plutôt qu’aux paroles. »

Je ne cesse de le rappeler : les Juifs qui critiquent leurs coreligionnaires qui votent RN semblent s’imaginer que pour autant, ceux-ci ont perdu leur vigilance, et qu’ils ne verront pas venir l’antisémitisme si jamais les Chatillon sortaient du bois. Comme ils se trompent !

J’ajoute que se fier aux actes plutôt qu’aux paroles n’est pas suffisant à mon sens. Un juif français de 2024 doit surtout se méfier des actes plus que des paroles. Qui aujourd’hui tuent des juifs, frappent des juifs, agressent des juifs ? Les protégés de LFI. Les Chatillon ? Ils parlent des juifs, ils ne les attaquent pas dans la rue.

Le RN, rempart contre l’antisémitisme ?

“Le Rassemblement national prétend désormais être un rempart contre l’antisémitisme », dit Prasquier en conclusion. « S’il vient au pouvoir, nous observerons ses actions et nous ne l’estimerons pas à l’aune de nos préjugés ».

Prasquier conclut naïvement que le RN est peut-être un rempart contre l’antisémitisme ? Je crois qu’il va un peu loin ! Tout au plus, ils s’en fichent, et cela me suffit bien : au moins ils laissent tranquille Israël, ne le calomnient pas du matin au soir, et ne crient pas « mort aux juifs » dans les manifestations, et surtout, ils ne défenestrent pas des mamies juives.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  1. crif.org ↩︎
Abonnez-vous à notre lettre d'information et rejoignez les 14 autres abonné·es.

2 réponses sur “LES CINQ CHOCS DU PRÉSIDENT D’HONNEUR DU CRIF”

    1. Merci pour ce “tout est dit” qui s’adresse, comme je le pense aux trois personnes actives dans ce billet, à savoir Jean-Patrick Grumberg, Richard Prasqier, et le signataire de ces lignes. Pourtant, il y a tant à ajouter. Ce n’est pas pour rien que j’ai lancé l’idée du futur saint Paul sur le chemin de Damas. N’oublions pas que ce Paul est juif, et persécuteur de Gentils, mais surtout de Juifs “passés au traître Jésus”. Traîtres pour lui, bien sûr, tout dépendant du point de vue où l’on se place. Et de ce nouveau Paul, citoyen romain qui demande son procès à Rome, naîtront les pages parmi les plus puissantes sur la nouvelle religion. En particulier, lire et relire l’Épitre aux Hébreux, spécifiquement les versets 8.9 et 10. Les autres aussi, bien sûr.
      Antoine Solmer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *