HANDICAPÉS DE LA LIBERTÉ ET DE LA CERVELLE

DISCOURS SUR LE ENFANTS HANDICAPÉS
DISCOURS SUR LE ENFANTS HANDICAPÉS

Il semblerait qu’Éric Zemmour ait dérangé du monde en parlant des enfants handicapés à l’école. A-t-il été trop loin ? Certainement, puisque de la gauche larguée à la droite qui renâcle, il faut ménager la chèvre et le choux, et mieux encore les mélanger. Bref, refuser de voir la réalité, de la prendre à bras le corps, et d’ouvrir des chemins de vie.

Ce comportement anti-réaliste est celui de la gauche archétypique, malheureusement trop copié par de prétendus “partis de droite”.

CE QUE ZEMMOUR PENSE, IL LE DIT ET L’EXPLIQUE

Je reviens à la base de la question, telle qu’expliquée par Éric Zemmour dans une vidéo plus que claire.

Le fond du débat, reste l’obsession de l’école inclusive, cette idéologie égalitariste qui nie les cas particuliers, culpabilise parents et enseignants, et, finalement, aggrave les inégalités.

Ce à quoi le candidat répond en cherchant des solutions fondées sur le réel :
– évaluer les situations où l’enfant handicapé et ses camarades trouvent un équilibre profitable à tous
– ouvrir des centres adaptés pour les enfants qui ne peuvent entrer dans le cadre défini plus haut
– valoriser la profession d’accompagnant
– et sortir de notre situation où la France est le pays sous-développé, par rapport à la Belgique, et cela depuis bien longtemps. (je le sais par expérience personnelle depuis plus de dix ans !)

Évidemment, expliquer cela, c’est, automatiquement pointer du doigt les insuffisances, les aveuglements, et les fuites des irresponsables professionnels présents, passés et à venir. On comprend leur grogne et leur hargne.
Mais il fallait bien que quelqu’un jette un gros pavé dans la mare, quitte à estropier un ou deux crocodiles, tous sexes confondus.

Remarquons cependant, que, dans la folie égalitariste, les pourfendeurs de la bonne conscience se seraient dédouanés, au moins un peu, en intégrant parmi les élèves handicapés ceux dotés d’un fort potentiel intellectuel.

Oui, ils existent bien ceux-là, qui s’ennuient, qui n’écoutent pas, ou plus, car ils comprennent immédiatement ce que les autres peinent à intégrer. Et ils n’osent le montrer, pour éviter la fuite des camarades, la mise à l’écart, ou pire. Combien d’élèves se sont déjà suicidés par laxisme de l’Éducation nationale ! Un comble !

Mais là encore, retard français assuré, à cause de l’éducation gaucho-égalitariste. D’ailleurs, la République n’avait pas besoin de savants, comme avait asséné un quelconque débile avant d’envoyer Lavoisier à la guillotine.

Eh bien, ça continue, d’une autre façon. La République handicapée de la cervelle a besoin d’une éducation nationale à sa mesure, car la fabrique des crétins devient automatiquement une belle fabrique d’électeurs.

ALORS, L’ÉGALITÉ ?

C’est une des tares intellectuelles profondes de la gauche de se prendre à son propre piège du nominalisme. La gauche enfourche un mot comme un quelconque canasson, veut en faire son cheval de bataille, et ne sait jamais le diriger par le dressage adéquat.
En quelque sorte, la gauche en fait toujours trop, est incapable de comprendre la vie réelle avec ses nuances, ses limites, et la nécessité d”établir un juste point d’équilibre, toujours révisable, entre deux buts opposés. Je dit bien “point d’équilibre” et non “juste milieu”, car le centre (politique ou non) est toujours une zone de tiraillements où se réfugient les tièdes.

Pour ce qui est de l’égalité, la gauche ne comprend pas que trop d’égalité tue l’égalité. Idem pour tous ses programme idéologiques qui ne sont qu’un vol des électeurs par viol des consciences. On a vu les résultats dans la XXe siècle des génocides communistes et hitlérien, on continue au XXIe avec les populicides et les emmerdicides.

Et ça ne fait que commencer.

Antoine Solmer

Abonnez-vous à notre lettre d'information et rejoignez les 14 autres abonné·es.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.