FAITES CE QUE JE DIS…

Faites ce que je dis…

mais surtout pas ce que je fais… c’est le message subliminal de nos dirigeants dénués de toute pudeur : on cherche en vain un rapport entre ce qu’ils disent et ce qu’ils font : pas la plus petite relation de cause à effet. Malgré le mal que se donnent ces nuls pour camoufler leur “nullitude” – comme aurait dit une des plus “royalement” nulles parmi eux ! – on va sans (nul) doute devoir bientôt les désigner par un “les archi-nuls” qui, compte tenu de leurs performances dans tous les domaines, semble leur aller mieux encore que le “les Nuls” qui avait cours jusque là.

La grande foire annuelle sur le climat –qui ne sert qu’à maintenir la pression et l’angoisse sur tous les hommes de bonne volonté– est revenue occuper la “une” de nos organes de Presse, depuis peu réservée en exclusivité à tous les faux problèmes qui n’intéressent, au fond, que de soi-disant “élites auto-proclamées”. Conçue “sur mesure” pour assurer cette inutile fonction, la COP s’est réunie cette année à Dubaï, source d’or noir s’il en est (Attention : rien de raciste dans ce mot : ce “noir” ne contient aucune allusion à quelque couleur de peau que ce soit . Pas d’amalgame SVP !) – ce qui confirme si besoin était, son statut de “gag planétaire”. Elle se glorifie de porter le numéro 28 (ce qui veut dire que cette “commedia sensa arte” a déjà eu lieu 27 fois… sans que rien de vraiment utile en soit jamais sorti… ce qui est tout de même “fort de café” – un Arabica, sûrement, à Dubaï ! Ils auraient pu au moins faire semblant d’accoucher d’une souris… Même pas !

La vérité est triste : un authentique roman noir (même remarque que ci-dessus !), mais un roman noir effroyablement coûteux pour les contribuables de tous les pays : pensez que cette troupe de prébendiers qui n’ont rien d’intelligent à dire se retrouvent à 88 000 – vous avez bien lu : quatre vingt huit mille nuls) pour discuter sans fin de météo, pour découvrir pour la n -ième fois qu’il fait plus chaud l’été que l’hiver dans l’hémisphère nord et le contraire dans l’hémisphère sud, pour redécouvrir que “après la pluie, le beau temps” et vice-versa, ou pour déguiser sous des verbiages technocratiques le fait qu’il y a toujours eu d’énormes variations climatiques sur notre Terre qui n’a pas eu besoin des hommes pour inonder, réchauffer, assécher, refroidir, geler, fondre, etc… dans des cycles gigantesques qui échapperont encore longtemps à toute compréhension de notre “science”…

Il faut revenir sur ce chiffre tout-à-fait incroyable de 88 000. C’est énorme ! Avant de le lire, je ne croyais même pas qu’il y avait autant de “Nuls-majuscules”, même en grattant les fonds de tiroirs… A l’immense scandale que constitue leur nombre, il faut ajouter que cette armada inutile est faite de tous les beaux esprits minables qui nous répètent à longueur de journée qu’il faut que nous remplacions la riche palette de nos sentiments et de nos émotions par une seule et unique préoccupation : notre “bilan carbone individuel”.

Plus d’avions, plus d’autos, plus de vaches (car “elles pètent”, viennent de découvrir ces citadins claquemurés dans leur ignorance de la vraie vie), plus d’eau chaude, plus de chauffage dans nos appartements, plus d’industries, plus de voyages, plus d’enfants, plus de vieux… plus rien que le triomphe de leur idée aussi fixe qu’inutile : plus ils nous emmerdent, plus les chiffres se moquent d’eux… Le réchauffement, qui a l’air d’être de fait, l’est sur une période de temps bien trop courte pour quelque généralisation que ce soit, et à une échelle qui a peu ou pas de liens avec les “chiures de mouche” que sont nos émissions, à l’échelle cosmique : si la France était brutalement rayée de la carte, corps et âmes, le résultat ne serait pas perceptible sur les chiffres totaux !

Selon l’OCDE, citée par Les Échos, et contre tous les engagement officiellement pris par nos myopes-aveugles-sourds-progressistes-de-Gauche (“Croissant de bois, croissant de fer, si je mens, je vais en enfer” , disent-ils), le soutien public aux énergies fossiles dans les principales économies du monde a doublé en un an, passant de 770M US$ en 2021 à 1481M US$ en 2022. Et il en va de même pour tous les chiffres, toutes les mesures, toutes les tendances : tout se passe comme si, devant l’énormité des bêtises qu’ils profèrent à longueur de journée, la nature se foutait de leur gueule : les glaciers fondent plus vite… le CO², se fabrique sans limite… les températures évoluent en sens contraire de ce qu’ils annonçaient… et plus on contrôle les quantités et les chiffres “non-significatifs” qu’ils brandissent, plus le résultat atteint est à l’opposé complet de ce qu’ils racontent qu’il faudrait. Et Macron d’entériner toutes leurs folies en nous rendant peu à peu la vie invivable !

Le collectif scientifique Global Carbon Project a publié, pas plus tard qu’hier, un rapport qui établit que les émissions mondiales de CO² vont encore progresser de 1,1 % en 2023. A ce train-là , d’ici 7 ans, il nous sera impossible de limiter le réchauffement à +1,5°C max (objectif de la COP21, cet objet inexplicable des larmes de crocodile du comique Fabius, on s’en souvient !). De quoi faire basculer la COP28 dans l’ambition et l’urgence ? Euh… “faut voir à voir”, d’après TTSO : sur les 88 000 participants enregistrés, près de 2500 (3%) sont des lobbyistes des énergies fossiles, y compris la puissance invitante et les plus gros “généreux sponsors” de cette grosse farce… Les “chikayas” entre Macron et les vrais puissants du monde, depuis hier, s’expliquent tout seuls : l’Occident vit sur un nuage d’idées périmées qu’il veut imposer au monde qui, notamment à cause d’elles, l’a pris en grippe “pour de bon”.

L’émirati Sultan al-Jaber,membre du gouvernement, ministre de l’industrie et des technologies avancées et président de la COP 28 (une autre pointure que Greta Thunberg, tout de même !) a répondu vertement au Guardian : “Je suis ingénieur et je ne vois rien de réel dans tout ce que vous racontez. Je ne souscrirai en aucun cas à des idéologies alarmistesAucune étude scientifique, aucun scénario, ne dit que la sortie des énergies fossiles nous permettra d’atteindre 1,5 C. (… ni pourquoi il faudrait les atteindre…). Montrez-moi la feuille de route d’une sortie des énergies fossiles qui soit compatible avec le développement socio-économique, sans renvoyer le monde à l’âge des cavernes”… Ambiance !

Venus en avion à 99 %, (NB : “Bonjour le bilan-carbone” !), les con-gressistes-prébendiers-profiteurs en goguette à Dubaï ont le choix entre 140 192 chambres (j’ai soigneusement vérifié ce chiffre) hors de prix, dans 769 établissements hôteliers déjà proches de la saturation, les hôtels dubaïotes flirtant avec un niveau d’occupation proche de 82 %. (NDLR – il est intéressant de savoir que, au moment où notre gouvernement et la hidalgo nous annoncent les pires catastrophes pour les Jeux Olympiques, Dubaï (82 %) se classé au premier rang mondial, devant Londres (56,0 %), New York (55,3 %) ou Paris (51,2 %), selon les données de la société d’analyse de gestion hôtelière STR. Pour mémoire (j’ai aussi trouvé le chiffre exact), Paris ne dispose que de 85 000 chambres de toutes catégories. On voit vers où est en train de se réorganiser la vraie puissance du monde !).

Je n’ai pas le courage de coucher par écrit les tristes conclusions que m’inspirent ces chiffres, ces remarques, et le choc frontal entre la réalité du monde et le cauchemar dans lequel veulent nous faire errer sans but – et pour rien – nos lamentables dirigeants. Si on les suit, il est gros comme le nez au milieu de la figure (j’écris ça parce que je dois me faire opérer sous peu d’un cancer sur ma narine droite) que nous serons pressurisés à mort (fiscalement parlant : ils savent faire), étouffés par des dystopies liberticides (ils savent aussi, très bien) … et que nous nous réveillerons avec des résultats… identiques à “si on n’avait rien fait”: à analyse sans sens, résultats insensés !

H-Cl