LA SOUPE AUX CHOUX À CHAMPEAUX

 

THOMAS LÉODET ET LA SOUPE AUX CHOUX
THOMAS LÉODET ET LA SOUPE AUX CHOUX

 

Comme je l’avais annoncé dans un article récent, l’après-midi fut ensoleillée, physiquement et moralement, ce 11 septembre à Champeaux, en Seine-et-Marne, pour le 40anniversaire de La Soupe aux choux, avec le célèbre trio, Louis de Funès, Jean Carmet et Jacques Villeret.

Ironie du sort, ce 11 septembre qui évoque aussi la tragédie du World Trade Center, me fit passer non loin de l’aéroport de Mehun Villaroche où se déroulait le 3e Paris-Villaroche Air Legend. Comme quoi, d’une façon ou d’une autre, la vie continue.

Il y avait bien du monde à Champeaux. Des familles entières, jusqu’aux petits enfants dont les yeux brillent au souvenir de Louis de Funès. Bien sûr, Thomas Léodet, l’auteur du livre La Soupe aux choux, le dernier envol, était au centre de l’attraction. Les dédicaces furent nombreuses. Des habitants racontaient leurs souvenirs du tournage, autour d’une exposition de photos.

L’association La Campélienne avait organisé des saynettes disséminées dans  le village,  et la foule ne s’est pas privée d’imiter le hululement du voyageur d’Oxo, ou  d’écouter jaser sur le  perniflard. Pour des amateurs, c’était très bon. Et si quelqu’un pense qu’il est facile d’attirer et de retenir une foule dans la rue avec de telles scènes de genre, qu’il s’y frotte !

Le maire,  M. Lagües-Baget, était aux anges.  Il  n’est pas facile  de   « défendre la vie dans les communes de la ruralité », déclare-t-il avec son accent du sud, tout en souriant, alors qu’une voiture quelque peu pétaradante, m’évoque d’autres lieux moins tranquilles. Mais elle passe, et nous oublie, heureusement.

Étaient présents Philippe Ruggieri (Robert, le petit ami de la Francine), Bernard Seitz (deuxième assistant à la réalisation), Fabienne Villeglé (de l’équipe du montage), Pierre Caggini (le médecin de Louis de Funès). Malheureusement, Christine Dejoux (la Francine) et Gaëlle Legrand (Catherine la mouette) n’ont pas pu se déplacer, non plus que Josée de Luca (la maquilleuse de Louis de Funès).

Évidemment, en 40 ans, les rangs se sont éclaircis. Le dernier en date à quitter ce monde, tout récemment, était Thierry Liagre (le médecin à qui Claude Ratinier, “Le Glaude”, avoue sa « belle » consommation de vin : plusieurs litres par jour, ce qui provoque une forte « sortie médicale »).

Bien entendu j’ai déjà lu le livre que Thomas Léodet a eu l’extrême courtoisie de m’offrir.

Mais je ne vais pas vous en parler, simplement, vous mettre l’eau (sans perniflard) à la bouche.

Imaginez-vous, avant le tournage, avec l’équipe de la production, suivez les péripéties pour choisir le lieu du tournage, faites connaissance avec les acteurs, l’équipe. Vous découvrirez un Louis de Funès inattendu, aux antipodes de l’image que ses films ont pu laisser de lui. Car entre le caractère dans les films et la personne dans son humanité, la distance était longue. Vous découvrirez les raisons pour lesquelles certaines scènes n’ont pas été tournées, ou d’autres, tournées, n’ont pas été montées. Et vous participerez aussi à quelques sautes d’humeur inattendues.

Pour cela, une seule solution, achetez La Soupe aux choux, le dernier envol, de Thomas Léodet, l’œuvre d’un journaliste passionné, pour 23 € seulement. Vous ne le regretterez pas.

En commande par votre libraire ou directement sur :

https://www.publier-un-livre.com/fr/le-livre-en-papier/2224-la-soupe-aux-choux-le-dernier-envol

Abonnez-vous à notre lettre d'information et rejoignez les 12 autres abonné·es.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *