JE VOUS SOUHAITE UNE TRÈS JOYEUSE MORT, EN PLEINE FRATERNITÉ MACRONIENNE

Article sublime de Claude Henrion. À lire, à penser, à repenser et à garder dans la principale bibliothèque du monde, celle qui, dans notre cerveau, et jusqu’à la plus infime de notre plus ignorée cellule, se trouve en prise directe avec l’épuisant et merveilleux travail de synthèse entre les forces de vie et les forces de mort. Un homme conscient de sa fondamentale qualité humaine doit privilégier les unes et repousser les autres, de toutes ses forces dans tous les domaines où elles s’appliquent. Aucun moment de notre vie ne devrait échapper à ce travail de Sisyphe. Le héros au grand cœur en est bien conscient. D’abord parce qu’il doit accomplir sa peine, pour que l’ordre du monde n’en soit pas altéré. Ensuite, pour la simple raison mécanique que, s’il lâchait la pierre en cours de montée, elle retomberait sur lui pour l’écraser. Ce n’est qu’à l’arrivée au sommet que les forces s’équilibrent et que le cycle du monde ordonné peut reprendre. Un jour, Sisyphe doit mourir, avec ou sans son rocher. Mais son épopée, c’en est une, doit vivre et nous faire vivre.

Il faut bien comprendre que Macron, s’il n’est pas “l’ange de la mort” —  ce serait trop d’honneur — n’en reste pas moins l’un des succubes. Au moment où des murmures politiques, même de son parti, commencent à distiller des doutes sur son équilibre mental — qui n’en aurait pas ? — nous voyons combien la Constitution de cette cinquième roue de la charrette républicaine qui a mené à trop de guillotinades, mériterait d’être graissée et reformée. Un président a droit de vie et de mort par les opérations “homo” de ses services.  Mais il n’a aucun droit de vie et de mort sur l’ensemble du peuple par ses folies pré-guerrières, sans le moindre regard des “élus représentants du peuple”. Je ne parle pas d’une éventuelle déclaration de guerre, mais de ses avancées et reculades inconscientes, au sens où le travail pathologique de son inconscient doit le faire jouir. Il n’y a qu’à le voir. C’est transparent. Jouissance augmentée de constater que les chambres sont peuplées de “muets du sérail”. 

À ce niveau de responsabilité de risque mortel contre le peuple en tant que groupe et en tant qu’individus séparés, ce pauvre prisonnier de lui-même devrait, lui-aussi, être mis dans la fameuse charrette républicaine, symbolique ou réelle. Cela s’appelle un devoir de salut public. Cela appelle un comité ad hoc.

Antoine Solmer

*      *       *       *       *       *       *

Je vous souhaite une très joyeuse mort,

en pleine fraternité macronienne…

Je n’ai jamais pu trouver d’explication à cette aberration : les mauvaises idées semblent être plus souvent prises en compte et mises en œuvre que les bonnes. Et je crois remarquer une accélération dans le processus actuellement en cours qui veut que de plus en plus d’idées de plus en plus mauvaises fleurissent (?) de plus en plus vite et de plus en plus souvent ! À la veille du Vendredi Saint, quel beau sujet que le dévoiement de notre mort, qui se met en place, dans une débauche de fausses informations, partielles ici, et partisanes, là, mais mensongères, toutes.

Mais pour une fois que les “bouffe-curés” et les “tue-dieu” admettent enfin que la mort peut être vaincue, comme les chrétiens le leur répètent depuis 20 siècles… on ne va pas mégoter notre plaisir, en cette Semaine Sainte où s’ouvre la phase finale de la mise en œuvre de ce caprice macronien, qui sera lancé sans qu’aient été évaluées – même un tout petit peu – les suites à long terme de cette initiative qui a toutes les chances de produire, au mieux, quelques avantages… et au pire des séries de drames dont l’humanité aurait préféré faire l’économie. Décidément, depuis le faux “vaccin” du covid, prendre des décisions mortifères est devenu un “marqueur” du progressisme, cette maladie infantile du modernisme !

Prenons la triple anti-idée terrifiante, qui a pourtant le vent en poupe, de l’invention d’un “droit à l’assassinat légal, au suicide aidé et à la mort par délégation’’Ces trois modalités d’une même chose, la mort, ont inspiré des raz-de-marée de lavage de cerveau, de viol des consciences, de réinvention du sens des mots, et de détournement de l’attention de tous les vrais problèmes, à la macronie moribonde (NB : méfiez-vous des ultimes spasmes d’un animal blessé : ils peuvent être dangereux et faire beaucoup de dégâts !). Manque de bol, une fois encore, ça a marché, et bien des gens se sont laissé abuser, adoptant les expressions – toutes mensongères – qui ébranlent l’intelligence.

Le nombre de paraboles, hyperboles, métaphores, fables, mensonges, bobards, et barbarismes qui ont été déversés sur nous par la Presse et la Gauche est très au delà de tout ce qui se pratique normalement. C’est simple : on ne sait plus du tout de quoi ils parlent ni ce à quoi ils pensent (car des milieux “généralement bien informés” m’assurent qu’il en resterait quelques-uns qui pensent… Je ne les ai pas trouvés). Et s’il est toujours vrai que “les mots tuent”, c’est le moment où jamais : après, il sera trop tard ! Car depuis que le monde est monde, tuer, directement ou par délégation, un vieillard, un grand malade ou un embryon pas encore né mais parfaitement viable, ça avait un nom : un assassinat.

Mais dans un grand souffle libérateur, la hollando-macronie a tripoté les lettres et les syllabes, jusqu’à inventer les concepts affreux de “mort dans la dignité”, de “preuve de fraternité” (il y a des coups de pied… “occultes”, qui se perdent !), de “liberté de mourir” (et puis quoi, encore !), et de tant d’autres insanités. Nos irresponsables ont été jusqu’à inventer une soi-disant “aide à mourir”… pour le seul moment où aucune aide n’est possible ! Dieu, pour les uns, un “grand ordonnateur” pour d’autres, le “destin” pour d’autres encore, et… “rien” pour les plus pauvres d’esprit… fixe ou fixent le moment où la machine s’arrête, et personne ne peut avoir le moindre effet sur cette décision… si tant est qu’il y en ait une : on a beau bricoler l’horloge du temps, avancer l’échéance de quelques pouillèmes d’éternité, prétendre que “Moâ, ce petit dieu raté, je suis maître de mon corps” ou, comme d’aucuns, se proclamer (tout seul) “le maître des horloges”... c’est baratin & Co.

Car la seule chose qui ne fait pas de doute, c’est que nulle “force de l’ordre”, nul “agent de l’État”, nul GIGN, nulle “CRS 8”, nul dossier et nulle procédure “CERFA” ne pourra dire que la date de péremption est dépassée, qu’on a triché en respirant 3 fois de plus qu’indiqué sur la notice d’emploi, ou qu’un tel n’est plus qu’un nom à “zapper”, un sac noir à jeter au tri sélectif–(poubelle jaune) : la vision de la mort que peut avoir un élu macronien (je veux dire : “nul mais élu !”) est rien moins que désespérante… C’est à se demander avec quelle partie de leur corps ces trucs-là pensent ! Pour ces normateurs de “l’innormable”, “mourir dans la dignité” se résume à passer l’arme à gauche (NDLR : cette expression ancienne est une preuve éclatante que les mots ont un sens !) en se conformant scrupuleusement à un des 2 ou 3 protocoles prévus par une loi qui parle d’autre chose que du sujet de son titre ! Leur mort dans la dignité n’est qu’une mort dans les normes administratives.

Soulagez la souffrance, comme vous devriez apprendre à le faire, bande de Jocrisses, mais arrêtez de prétendre que vous pourriez avoir la plus petite influence sur un changement de nature de la mort : c’est la seule cérémonie à laquelle nous ne pourrons pas nous soustraire, et dans laquelle nous sommes certains de “ne pas avoir la main’‘ ! À l’opposé de leurs fatras fumeux, ’’mourir dans la dignité”, ce n’est pas “raccourcir ce qui ne doit pas l’être”, mais c’est – et ce n’est, ce ne peut être que – donner à chacun de pouvoir s’architecturer intérieurement, de résister aux sirènes trompeuses de l’époque, de trouver des contre-poids à la sous-culture du superficiel, de l’instant, de la trouille permanente, et de l’infantilisation, qui nous maintient dans une ignorance doucereuse et qui tue en nous tout sens moral, toute force spirituelle, toute résistance intellectuelle, la colonne vertébrale et le courage.

Bon ! Je sais bien que ces tentatives désespérées de rater son but affiché doivent tout à une pression morbide qui est dite “sociétale”, comme on dit dans le jargon gauchiste pour désigner l’amnésie volontaire… ce qui met la trop changeante “opinion publique” du côté des promoteurs de la vraie misère humaine : la plupart de nos contemporains ont, avec l’inévitable, un rapport fuyant, de déni et de rejet. C’est une triste évidence qui explique bien des malheurs que notre monde se fabrique en croyant résoudre l’insoluble… et qui n’existaient pas, lorsque le “métier d’homme” impliquait force, âme, courage et (j’ose !), la vie… jusqu’à en mourir.

Car mourir et vivre ne sont pas 2 choses séparées comme on nous le fait croire dans notre univers en voie de putréfaction en inutiles marches blanches, mais une seule et même chose, une seule et même aventure, un seul et même achèvement. Un éventuel “droit à mourir dans la dignité”, ce bobard fou pour politicards trop jeunes pour savoir de quoi ils parlent, ne saurait être ramené à un étalage de sensiblerie étalée complaisamment, comme sur les réseaux sociaux ! Partis comme nous le sommes… nous serons bientôt projetés dans un univers du type “Soleil vert”, ce Soylent Green, livre ou film sur la mort assistée, de Harry Harrison (1966)…  Encore un effort, Monsieur le bourreau…

Je veux bien, à la rigueur, qu’on me parle de modifier la définition de la mort : je suis poli, et j’écouterai… en pensant à autre chose. Mais alors, s’il vous plaît, messieurs les irresponsables, que ce soit avec Montaigne, avec Bossuet, voire avec Platon, Epicure, et même Spinoza… ou – comme le faisait Mitterrand – avec un Jean Guiton. Mais je vous en supplie, qu’on m’épargne le cornet acoustique miniaturisé pour pensée-clonée de ces fausses vedettes du petit écran qui sont les nouveaux “maîtres-à-ne-pas-penser” érigés au rang d’oracles par notre époque qui ne peut que devenir lamentable à leur contact (et sur ça, on est bien parti !).

Une authentique “dignité” consisterait à être de vrais humains et à le rester jusqu’au bout, souffrance ou pas. Si vous saviez dans quelle harmonie sont morts tous les êtres chers qui m’ont quitté… J’aime me souvenir d’eux, être fier d’eux jusqu’au bout, les admirer, et ne pas avoir le remords de leur avoir volé, au nom de la sensiblerie fadasse et pleurnicheuse qui a envahi nos jours et obscurci notre jugement, LEUR MOMENT absolu, le seul… le “bilan” de leur vie.

En lisant toutes les insanités, tous les mensonges et toutes contre-vérités qui encombrent, polluent et salissent ce débat, il m’est venu une idée que j’aimerais partager, amis-lecteurs, “pour ce quelle est’’ : sans doute fausse, mais méritant peut-être qu’on y pense deux secondes : après bientôt deux quinquennats ratés, un Macron-superman, ivre de ce qu’il croit qu’il est, trouve génial de transformer notre société et tous ses membres, en clones de ce qu’il imagine être (sous-entendu : un être supérieur, au niveau des dieux, et (osons le dire, avec modestie) Dieu lui-même). Pour ce faire, il déforme les mots, les idées, l’histoire, la culture, les systèmes de pensée et de référence… et crée un univers où plus rien ne peut exister, hors de son propre (?) néant : en chamboulant tout, n’importe comment pourvu que ça soit vite, et en mettant tout “cul par dessus-tête”, il fait de nous des zombies incapables de résister à toutes ses folies prétendues “sociétales”.

Nous découvrons peu à peu que nous devenons non pas ce qu’il s’imagine être, mais ce qu’il est : un grand vide, un cyborg en creux, superficiel, insignifiant, sans colonne vertébrale, changeant, flou, sans bon sens autre qu’insensé, fuyant le réel, inconsistant, sans passé – donc sans présent et sans futur, et hésitant, dans un désert sidéral, entre une non-pensée et une anti-pensée. Le seul ennui, c’est que le train est lancé et que nous avons laissé faire, sans rien dire – au contraire, pour certains – ce grand pas vers notre destruction, en tant qu’humanité et que civilisation. Dis, Monsieur, comment ça s’arrête, une catastrophe en marche ?

H-Cl.

Abonnez-vous à notre lettre d'information et rejoignez les 14 autres abonné·es.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *